News Asutuces
Hifi Home / Bricolage / Mettre en peinture murs et plafonds

Mettre en peinture murs et plafonds

La mise en peinture de vos murs et plafonds est certainement l’opération la plus courante que l’on puisse faire chez soi si l’on aime vivre dans un cadre agréable et obtenir un bon résultat, c’est ce que nous allons essayer de vous expliquer.


La peinture pour rénover vos murs et plafonds rien de plus simple !
C’est certainement l’opération la plus courante que l’on fait chez soi si l’on aime vivre dans un cadre agréable.
Mais pour obtenir un bon résultat, il faut savoir ce que l’on doit acheter, comment préparer les murs à peindre et comment le faire. C’est ce que nous allons vous expliquer pas à pas.
Les outils et les fournitures nécessaires pour préparer les murs à peindre:

— Un grattoir triangulaire pour agrandir les fentes dans le plâtre.
— Un couteau étroit pour reboucher les fentes et un couteau large à enduire.
— Une brosse métallique pour nettoyer les surfaces en métal.
— Une brosse en chiendent pour lessiver.
— Une grande éponge pour lessiver
— Une lampe à souder pour brûler les vieilles peintures laquées.
— Un seau en matière plastique.
— Une échelle double ou un grand escabeau selon la hauteur des plafonds.
— Une tenaille pour enlever les clous.
— Un tournevis pour enlever les plaques de propreté, etc.
— Une lessive décapante
— Un décapant de peinture.
— Des produits spéciaux pour décoller les papiers peints.
— De l’enduit.
— Des gants de caoutchouc.
— De grosses lunettes protégeant des éventuelles projections de décapants.
— Des journaux, des bâches ou de vieilles nappes pour couvrir les meubles, des chiffons propres.

Mettez de vieux vêtements qui ne risquent plus rien et un vieux chapeau ou béret, à moins que vous ne vous procuriez une combinaison en non-tissé entièrement enveloppante avec une charlotte pour les cheveux, une paire de gants et un masque également en non-tissé. Ces accessoires vestimentaires sont très pratiques et peuvent vous servir plu¬sieurs fois avant d’être jetés.

Pour préparer la peinture :
— Un camion (seau métallique) dans lequel vous transvaserez la peinture pour la remuer et la diluer facilement.
— Un tamis, éventuellement, pour supprimer les peaux qui se forment à la surface de la peinture ou un simple bas de nylon tendu sur le dessus d’une boîte en métal
— Un morceau de bois « agitateur » plat et terminé en spatule pour remuer la peinture et obtenir un liquide homogène.

Pour appliquer la peinture
Les rouleaux sont pour les grandes surfaces, les pinceaux (les professionnels les appellent « brosses ») pour les petites surfaces, à l’exception de la laque qui s’applique au pinceau plat.
Ne lésinez pas sur la qualité des pinceaux.
Un mauvais pinceau donnerait un mauvais travail et vous le regretteriez. La meilleure qualité est la soie de porc.

Il vous faudra un pinceau rond et large de 42 mm, un moyen de 28 mm et un petit de 18 mm.
Deux pinceaux plats si vous devez laquer, un pinceau à réchampir dont l’extrémité est effilée, et pour peindre radiateurs et persiennes, un pinceau coudé.

Le bon entretien des pinceaux :
Un pinceau bien entretenu peut durer longtemps.
Voici comment vous devez opérer.
Si votre pinceau est neuf, faites-le tremper jusqu’à la moitié de la virole (partie métallique qui maintient les soies sur le manche) au moins 24 heures, dans de l’eau s’il est en nylon, dans de l’huile de lin s’il est en soie.
En effet, l’eau assouplit et fait gonfler les poils dans la virole, ce qui les empêche de tomber.
L’huile de lin adoucit les soies du pinceau.
Pour éviter que les poils ou soies du pinceau ne s’écrasent pas dans le fond du récipient dans lequel ils trempent, accrochez le pinceau au bord du récipient à l’aide d’un fil de fer passé autour du manche et recourbé en forme de crochet ou fixez dans le manche un petit piton.
En cours de travail, si vous devez vous arrêter un moment, ne laissez jamais votre pinceau à l’air libre mais trempez-le jusqu’à mi-virole dans de l’eau.
Lorsque votre travail est terminé, nettoyez le pinceau tout d’abord en le déchargeant de sa peinture en le passant et repassant sur un morceau de journal puis en pressant douce¬ment le dos de la lame d’un vieux couteau de la virole jusqu’à la pointe des soies.
Si vous avez employé de la peinture à émulsion, nettoyez le pinceau avec de l’eau savonneuse chaude.
Si vous avez employé de la peinture à l’huile, lavez le pinceau dans du white spirit puis dans de l’eau savonneuse chaude.
Rincez à l’eau claire.
Ne coupez pas les extrémités des soies car elles sont fourchues (comme les cheveux) et facilitent l’application lisse et régulière de la peinture. Ne tordez pas non plus les soies en les nettoyant, vous risqueriez de les casser au niveau de la virole.
Rangez vos pinceaux en les enveloppant dans du papier journal ou aluminium en ayant soin que les soies soient bien à plat.

Les rouleaux

Le rouleau est votre outil n°1, car grâce à lui vous pourrez peindre de grandes surfaces sans fatigue et en obtenant un beau fini.
Vous devez avoir 3 sortes de rouleaux : un rouleau à longues laines (mouton ou synthétique) que vous utiliserez pour appliquer sur un support en plâtre ou en ciment, une peinture vinylique ou acrylique, un rouleau en mousse qui donne un effet de peau d’orange et que vous utiliserez sur des supports réguliers pour des peintures acryliques et vinyliques (mais ne l’utilisez pas pour des laques) et un rouleau en velours à poils ras (mohair, crylor, etc.) que vous utiliserez pour la laque. Pour peindre dans les angles, il existe de petits rouleaux profilés en mousse de nylon. Les manchons des rouleaux sont généralement amovibles.
Il existe des rouleaux spéciaux pour faire les crépis. Certains sont munis d’alvéoles, d’autres de picots qui permettent de réaliser des motifs en relief tout à fait particuliers.
Lorsque vous désirez en acheter un neuf, n’oubliez pas de prendre le manche du rouleau avec vous afin de vous assurer que le manchon s’adapte bien sur lui.

1 Essorez le rouleau contre la grille.
2 tenez le rouleau à plat sur la surface à peindre.
3 terminez en remontant sans trop appuyer.

Comment peindre le plafond ?
Si vous avez décidé de refaire toute votre pièce, commencez alors par repeindre le plafond avec de la peinture spéciale plafonds.

Nous pouvez soit peindre debout sur une table solide, de façon que votre tête soit à une dizaine de centimètres du plafond, soit sur une planche large et solide placée sur les marches supérieures de deux escabeaux.
Utilisez une large brosse pour peindre les pourtours du plafond. C’est avec le plat de la brosse que vous travaillerez après avoir trempé le tiers de ses soies dans la peinture. Ne chargez surtout pas trop la brosse pour ne pas être couvert de peinture.
Utilisez de la peinture à l’eau pour les salles de séjour et chambres, de la peinture glycéro pour les cuisines et salles d’eau. Travaillez au rouleau par bandes de 60 cm de large et 1 m de long, en partant de la fenêtre et en allant jusqu’au mur opposé, ceci, si vous ne voulez donner qu’une couche, mais ce n’est pas conseillé !
Si vous êtes courageux et désirez donner deux couches, commencez par peindre des bandes parallèles à la fenêtre, puis après séchage complet, des bandes de la fenêtre au mur opposé.
Ne remplissez pas le bac du rouleau à plus d’un tiers.
Placez bien sa grille, puis roulez le rouleau dans la peinture d’avant en arrière et d’arrière en avant.
Faites-le rouler sur la grille pour enlever le surplus de peinture.
Croisez toujours au rouleau les couches de peinture successives.
Calculez bien votre temps de travail pour ne pas laisser le plafond peint à moitié.
Si vous ne pouvez faire autrement, donnez le dernier coup de rouleau en le laissant rouler en ligne droite sans croiser.
Lors¬que vous reprendrez le travail, repartez de cette ligne en croisant.

Comment peindre les boiseries?

Peindre les portes :
Si la porte est à panneaux, utilisez une brosse plate et commencez par les moulures du caisson supérieur puis le caisson lui-même et descendez jusqu’en bas. Terminez par le tour de la porte.
La tranche de la partie de la porte qui s’ouvre doit être de la même couleur que celle de la pièce. Par contre, la tranche de la partie sur laquelle les gonds sont posés doit être de la couleur de la pièce voisine.

Les fenêtres
Préparez bien votre travail en entourant les vitre d’un ruban de papier crêpe adhésif.
C’est un travail un peu fastidieux mais cela vous évitera de passer des heures à enlever les coulures sur le verre. Fermez la fenêtre avant de la peindre. Commencez par les moulures ou traverses proches des vitres puis allez de l’intérieur vers l’extérieur en terminant par les montants puis le bâti de la fenêtre. Utilisez pour cela une brosse pas trop large et de la peinture glycéro facile à lessiver.
Ouvrez ensuite la fenêtre et peignez toutes les parties cachées. Faites ensuite l’extérieur. Ne refermez la fenêtre que lorsqu’elle est tout à fait sèche, afin d’éviter que les battants ne restent collés.
Si malgré nos conseils vous avez débordé sur les vitres, laissez sécher et enlevez les coulures avec une lame de rasoir.

Comment peindre les murs ?
Vous les peindrez en dernier. Partez toujours de l’encadrement de la fenêtre puis continuez, panneau par panneau, tout autour de la pièce.
Utilisez un rouleau pour peindre les murs à l’exclusion des angles formés par le plafond et les murs et de ceux formés par les murs entre eux, que vous ferez à la brosse. Travaillez par bandes de 50 à 60 cm de large de haut en bas, croisez ensuite dans le sens horizontal sans toutefois charger le rouleau de peinture et sans appuyer trop fort.
Pour raccorder, ne partez surtout pas de la partie déjà peinte, mais à quelques centimètres au-dessous en roulant le rouleau de haut en bas et en le remontant jusqu’à ce qu’il rattrape la partie supérieure déjà peinte.

Comment peindre les radiateurs ?
Vous les peindrez lorsque le chauffage sera éteint, car il faut qu’un radiateur soit froid pour être peint. Utilisez une peinture spéciale radiateur (à base de minium) : une peinture ordinaire à l’eau ferait rouiller le radiateur, à l’huile, elle risquerait de jaunir très vite.

Utilisez pour les éléments intérieurs une brosse spéciale pour radiateur dont le manche est long et la virole coudée.

Comment peindre les tuyauteries ?
Vous pouvez utilisez un pinceau mais il existe des « manchons >, un peu comme les manchons de nos grands-mères, sorte de gros gants que l’on enfile sur la main, que l’on trempe dans la peinture et que l’on passe tout le long des tuyauteries en refermant tout simplement la main pour entourer le tuyau et y déposer la peinture.

Comment peindre les supports extérieurs ?
Dans tous les cas, ne peignez ni par temps humide ni par grand soleil.
Ciment, briques, pierres et plâtre
Il existe actuellement et dans toutes les marques de peintures spéciales pour ces matériaux. Cependant, si le support est ancien et déjà peint, dépoussiérez-le avec une brosse de chiendent et rincez-le à grande eau. Laissez bien sécher. S’il est poreux, passez tout d’abord une couche d’impression très diluée pour bien le saturer. S’il est neuf, appliquez une sous-couche à l’acide qui évitera que les sels contenus dans la maçonnerie ne remontent à la surface en faisant des traînées blanches.

La peinture sur Bois
S’il est neuf, poncez-le au papier de verre, passez une couche de d’enduit de rebouchage, une couche d’impression, un enduit maigre. Puis poncez, dépoussiérez et passez deux couches de peinture à l’huile ou glycéro.

Si le bois est déjà peint, si la peinture est mate et non abîmée, lessivez, laissez sécher et passez la peinture. Par contre, si l’ancienne peinture était brillante, poncez pour enlever le film brillant de façon que la nouvelle peinture accroche bien.

Si vous désirez enlever l’ancienne peinture, utilisez soit un décapant que vous trouverez dans le commerce, soit une lampe à souder pour brûler la peinture.

La peinture sur le Métal
Si le métal ferreux (acier, fonte, etc.) est neuf, dégraissez-le avec de l’essence de térébenthine, dérouillez-le avec une brosse métallique puis essuyez avec un chiffon sec.
Passez une première couche d’antirouille, laissez sécher et appliquez deux couches de peinture à l’huile (il existe maintenant dans le commerce des peintures spécialement destinées aux métaux contenant un antirouille, et évitant de passer une couche de celui-ci).
Si le métal galvanisé est neuf, dégraissez-le tout d’abord avec un chiffon imbibé d’essence de térébenthine, puis passez une couche d’antirouille, une couche d’apprêt et une couche de peinture brillante.
Si le métal non ferreux est neuf, dégraissez avant de passer la couche d’apprêt et deux couches de peinture brillante.

Faire un commentaire

Votre mail ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

*

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com