News Asutuces
Hifi Home / Equipement / La robinetterie de salle de bain et sanitaire

La robinetterie de salle de bain et sanitaire

En changeant vos robinetterie et l’équipement de vos sanitaires, vous serez étonné de découvrir quel plaisir peut procurer une robinetterie neuve, douce, silencieuse, aisément dosable, par rapport aux matériels bon marché passe-partout d’il y a une vingtaine d’années.

Votre avis

Résumé : Notez cet article si il vous a été utile

Note de l'utilisateur 4.9 ( 1 votes)
0

En changeant vos robinets et l’équipement de vos sanitaires, vous serez étonné de découvrir quel plaisir peut procurer une robinetterie neuve, douce, silencieuse, aisément dosable, par rapport aux matériels bon marché passe-partout d’il y a une vingtaine d’années.

Côté salle de bains et sanitaires

Vous avez le choix pour une salle de bains, entre trois grandes catégories d’équipements.
Comme l’incorporation d’un coin douche dans l’espace disponible de la salle de bains.
La cabine de douche est souvent aujourd’hui un bloc homogène qui peut facilement trouver sa place.
Pour la recherche d’une entreprise de plomberie pour votre installation vous en trouverez sur ce site et avec des tonnes de conseil aussi: Dépannage Plomberie

La robineterie de salle de bain

La salle de bains est de plus en plus une pièce à vivre en communication avec la chambre principale. Ceci suppose évidemment assez d’espace, mais aussi un projet d’aménagement faisant appel à un mobilier en harmonie (aménagement bois).
Dans le même ordre d’idées, les décorations murales de la salle de bains sont le prolongement de ceux de la chambre contigüe.

L’installation de balnéothérapie fait partie de ces équipements que l’on souhaiterait avoir dès l’implantation dans une maison , mais il s’agit encore d’un supplément, qui fait quelquefois hésiter. La manipulation de ces équipements est simple, elle se fait du bout des doigts.

Les aménagements de cuisine eux viennent souvent après la construction pour des raisons financières, mais l’emplacement et le choix des équipements de base comme l’évier doivent être déterminés dès le début.

Les robinets-mélangeurs

Le mélange eau chaude-eau froide s’effectue à la sortie du bec par le dosage au niveau des boutons de commande. Eau chaude à gauche, eau froide à droite. En manœuvrant, on obtient approximativement la température désirée. Ils existent dans une large gamme de prix et de qualité.

Les mitigeurs à commande mécanique

Le mélange eau chaude-eau froide se fait dans le robinet par réglage d’une seule commande. Ils permettent d’obtenir facilement la température souhaitée et apportent une souplesse plus grande et un réel confort. Une seule commande permet de passer en douceur de l’eau chaude à l’eau froide, et de maintenir un débit régulier.

Les mitigeurs thermostatiques

Conçus sur le même principe que les mitigeurs mécaniques, mais ils ont la possibilité de régler au degré près la température de l’eau, quel que soit le débit du robinet.
Les mélangeurs thermostatiques sont un équipement « haut de gamme », plus onéreux que les autres, mais dont le coût est justifié.
La température que l’on désire est affichée une fois pour toutes sur un voyant gradué. Ainsi, sous la douche, plus d’alternance de jets glacés et de jets brûlants : le confort et la sécurité l’emportent.

Attention toutefois…
Ces types de mitigeurs ne peuvent être utilisés qu’avec un chauffe-bain à accumulation.

Le mitigeur encastré.

Ce système est une sorte de cerveau qui permet d’obtenir l’eau à une température unique à la douche, sur le lavabo et dans le bidet.
Côté cuisine, vous retrouverez les mêmes caractéristiques.

L’installation de l’eau chaude

La fourniture et la pose des matériels sont faites par l’installateur. La mise en place comporte le ballon et les accessoires de branchement. La production d’eau chaude sanitaire peut être assurée par des ballons alimentés par le circuit du chauffage, l’échange se faisant par un serpentin, soit dans des chauffe-eau électriques, soit encore dans des générateurs à gaz spécialement conçus pour cette fonction.
Nous avons indiqué les trois modes pour répondre aux besoins les plus variés.

Le ballon à serpentin d’eau chaude

La prestation de mise en place par l’installateur comporte fourniture et pose de réservoir réchauffeur standard 15 bars.
Sont compris : consoles horizontales, vannes d’isolement et vidange, raccordement sur les canalisations du chauffage aller-retour en tube acier noir et sur les canalisations EF et EC en tube cuivre écroui.

Le ballon est de type à réservoir réchauffeur en tôle galvanisée (capacités : 100, 150, 200 litres).
Les chauffe-eau électriques sur sol ou sur console ont une capacité de 100, 200, 300 et 500 litres.

L’accumulateur à chauffage au gaz instantané.

Préparateur d’eau chaude sanitaire, il permet d’obtenir une grande quantité d’eau chaude en moins d’une heure (surtout valable en collectivité, pour les fortes capacités).
Cuve thermo-vitrifiée.

Isolation en mousse de polyuréthane.
Fonctionnement au gaz naturel ou propane.
Sont compris : groupe de sécurité, raccordement à la canalisation de gaz située à proximité.
Capacités proposées : 100 litres et 150 litres. Les éléments évacuateurs de fumées sont inclus. On les emploie lors de travaux spéciaux tels que des tubages.
Une installation de ballon d’eau chaude comporte : fourniture et pose des tuyaux de raccorde¬ment aux conduits de fumées des générateurs de chauffage et eau chaude.
Sont compris : coupes, coudes, viroles, etc.
Non compris : tés de purge à prendre en supplément. Le prix de base correspond à un raccordement avec une longueur développée inférieure à 1,50 m.
Pour les longueurs supérieures, compter le supplément en fonction de la longueur au-delà de 1,50 m.

FAUT-IL ENVISAGER L’ADOUCISSEMENT ?

L’eau que vous allez recevoir contient des sels dissout. La concentration de ces sels varie sensiblement d’une région à l’autre.
Elle s’exprime en degrés hydrotimétriques (abréviation TH). Plus une eau contient une forte proportion de calcium et de magnésium, plus elle est dit dure. 1 TH correspond à 10 g de carbonate de calcium (CO3 Ca) en suspension dans 1 000 litres d’eau, soit 0,1 g par litre.
Une eau est considérée comme très douce jusqu’à 50 g de CO3 Ca pour 1 000 litres, c »est-à-dire avec un degré de 5 TH. Elle est douce entre 5 et 10° TH, dure de 15 à 25, et très dure au-delà de 25.
Le nord de la vallée de la Seine jus¬qu’en Baie de Somme, la Picardie, certains sites du Val de Loire, la Champagne, les Ardennes, la Charente, le Périgord, les Alpes du Sud, de l’Alsace ont des eaux très dures.

Les régions à eau très douce sont le Cotentin, le centre de la Bretagne, les Pyrénées, l’Auvergne et les Cévennes.

Les adoucisseurs

Principe : résines. Suppression du calcaire par échange d’ions. Qualités : confort d’utilisation : toilette et lavage. Protection des appareils. Défauts : l’eau change de composition. Désagréable à boire et « agressive ». Encombrement.

Les antitartres électroniques

Principe : impulsions périodiques, calcaire en suspension. Qualités : composition de l’eau inchan¬gée. Peu encombrant. Installation simple. Défauts résultats inégaux et incontrôlables.

Les antitartres magnétiques

Principe : champs magnétiques ou électromagnétiques. Calcaire en suspension. Qualités : composition de l’eau inchangée. Peu encombrant. Installation simple. Défauts : résultats difficilement contrôlables. Formation de boues.

Les antitartres chimiques

Principe : polyphosphates et silicates. Calcaire en suspension. Qualités : procédé connu et effi¬cace. Installation simple. Défauts : composition de l’eau changée. Formation de boues.

Les filtres fixes

Principe : éléments filtrants boues et sables. Qualités : protègent mitigeurs et électrovannes. Défauts : augmentent coût et encombrement de l’installation.

Les filtres à osmose inverse

Principe : plusieurs filtres et une membrane.
Qualités: filtrage poussé de l’eau potable éliminant goûts et odeurs. Défauts : augmentent coût et encombrement de l’installation.
La mise en place consiste à situer en amont de la distribution, c’est-à-dire aussitôt après le compteur, un appareil qui corrige les teneurs en sels de l’installation.
Les adoucisseurs, après avoir connu une vogue fulgurante dans les années 70, ne font plus l’unanimité aujourd’hui. En revanche, des systèmes plus simples tels que les filtres fixes ou les filtres à osmose peuvent trouver leur justification.

Les dégâts possibles

Les sels dissout peuvent se combiner et se déposer dans les zones chaudes des circuits provo¬quant l’entartrage, en particulier dans le secteur des résistances de chauffe-bain et lave-vaisselle. L’usage des sels régénérant et anticalcaires est une solution simple mais onéreuse pour éviter l’entartrage.

La corrosion, enfin, peut être provoquée soit par les sels dissouts eux-mêmes, soit par une eau trop adoucie par erreur de réglage. Avant d’emménager, prenez ces précautions : le réglage de votre matériel de chauffe-eau ne doit pas dépasser 60°C; les canalisations d’arrivée ne doivent faire appel qu’à une matière : le cuivre par exemple.
Trouvez tous les adoucisseurs d’eau et le matériel nécessaire sur le site.

Faire un commentaire

Votre mail ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

*

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com